9-top-Cote-Nord-niveau-2.jpg

Actualités régionales de l'ORIICN

Retrouvez sur cette page l'essentiel de l'actualité de l'Ordre régional de la Côte-Nord.

Portraits régional et national de l’effectif infirmier 2018-2019

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a dévoilé aujourd’hui que 76 360 infirmières et infirmiers étaient inscrits au Tableau en 2018-2019. Par ailleurs, l’OIIQ a délivré 3 893 permis d’exercice pour la même période et enregistre ainsi un nouveau record en dépassant celui établi en 2015-2016 avec 3 879 permis délivrés. Le nombre de permis délivrés annuellement se maintient à plus de 3 000 pour la 8e année consécutive.

Côte-Nord : un taux d’emploi à temps complet parmi les plus élevés du Québec

Au 31 mars 2019, 880 infirmières et infirmiers exerçaient la profession dans la région de la Côte-Nord, soit 1,2 % de l’effectif provincial. Malgré une diminution de son effectif de 1,9 % au cours de la dernière année, la région maintient un taux d’infirmières et infirmiers pour 1 000 habitants supérieur à la moyenne provinciale, soit 9,65 contre 8,52. L’effectif infirmier de la Côte-Nord se démarque avec l’un des meilleurs taux d’emploi à temps complet au Québec, soit 63 %; rappelons que ce taux est de 60 % pour l’ensemble de la province.

En 2018-2019, 20 infirmières et infirmiers de la relève ont obtenu un emploi dans la région de la Côte-Nord. Ce nombre relativement faible peut expliquer que seulement 30 % de l’effectif est âgé de 35 ans ou moins, alors que cette proportion atteint presque 40 % dans certaines régions. Néanmoins, la région affiche l’un des meilleurs taux de rétention de sa relève : 81 % travaillent toujours dans la région cinq ans après l’embauche, contre une moyenne provinciale de 75 %. 

Portrait national

Croissance de 1,4 % de l’effectif infirmier

L’effectif infirmier en emploi au Québec a augmenté de 1,4 % au cours de la dernière année. Cette croissance est la plus forte enregistrée depuis 2013-2014. Contrairement aux perceptions répandues, l’OIIQ ne peut conclure à une décroissance de l’effectif infirmier. Un autre fait saillant du portrait national 2018-2019, dans un contexte où les besoins de santé sont non comblés : seulement 60 % de l’ensemble de l’effectif travaille à temps complet; chez la relève, ce taux est de seulement 26 %.

« Une transformation de l’exercice de la profession infirmière s’amorce sur le terrain; des signaux bien présents en témoignent. Nous sommes devant un paradoxe : alors que nous constatons une progression constante de l’effectif infirmier depuis dix ans et que cette année, nous avons connu la croissance la plus importante du nombre de membres, soit 1,4 % pour en arriver à quelque 76 000 membres, les milieux cliniques vivent des pénuries d’infirmières et infirmiers. Nous constatons un manque de ressources criant sur le terrain. Nous suivons de très près cette situation complexe et nous avons déjà eu des échanges avec les parties prenantes pour mener une réflexion profonde sur le sujet », a affirmé Luc Mathieu, président de l’OIIQ.

L’effectif infirmier titulaire d’un baccalauréat

La proportion totale de l’effectif titulaire d’un baccalauréat en sciences infirmières a atteint 46 % (y compris les cycles supérieurs) au 31 mars 2019. Dans les autres provinces canadiennes, cette proportion varie entre 63 % et 73 % (ICIS, 2019). Au Québec, cette proportion augmente lentement, malgré de grands besoins dans le réseau de la santé et un taux d’employabilité supérieur parmi la relève de 93,9 % pour les diplômés du baccalauréat, contre 88,2 % pour les titulaires d’un diplôme d’études collégiales (DEC) en soins infirmiers. On note ainsi un écart de 6 points de pourcentage entre les deux groupes.

En 2018-2019, le taux des titulaires d’un DEC en soins infirmiers qui poursuivent vers le baccalauréat (cheminement DEC-BAC) a connu une augmentation importante pour atteindre 57 %. Ce taux plafonnait depuis plusieurs années. Malgré cela, l’écart entre le Québec et le reste du Canada, où l’ensemble de la relève est formée au baccalauréat, continuera de se creuser.

Taux de rétention dans la profession

Les données de l’OIIQ soulèvent un autre paradoxe quant au taux de rétention dans la profession, qui se situe à 90 %, alors qu’il est souvent entendu que les infirmières et infirmiers désertent la profession. C’est une autre donnée qui exige une réflexion. Il faudra continuer à suivre l’évolution des membres et de leur profil afin de les mettre en perspective avec ce qui se vit dans les milieux cliniques.

Références

Institut canadien d’information sur la santé. (2019). Le personnel infirmier au Canada, 2018 : un regard sur l’effectif et la main-d’œuvre. Repéré à https://secure.cihi.ca/free_products/regulated-nurses-2018-report-fr-web.pdf

Pour en savoir davantage :

 

 

Portrait de l'effectif infirmier 2017-2018

Découvrez les particularités de la région

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a dévoilé aujourd’hui que 75 042 infirmières et infirmiers étaient inscrits au Tableau en 2017-2018. Par ailleurs, l’OIIQ a délivré quelque 3 331 permis d’exercice pour la même période. Rappelons que le nombre de permis délivrés annuellement se maintient à plus de 3 000 pour la 7e année consécutive.

Côte-Nord : un taux d’emploi à temps complet parmi les plus élevés au Québec

Au 31 mars 2018, 897 infirmières et infirmiers exerçaient la profession dans la région de la Côte-Nord, soit 1,3 % de l’effectif provincial. L’effectif infirmier de la Côte-Nord se démarque avec un taux d’emploi à temps complet supérieur à la moyenne provinciale, soit 63 % contre 59 %, bien que celui-ci ait diminué au cours des dernières années comme dans la majorité des régions. Une autre spécificité de la région est qu’une proportion non négligeable de l’offre de soins se déploie dans des communautés autochtones, des dispensaires ou des points de services isolés.

D’ailleurs, 24 % de l’effectif infirmier de la Côte-Nord exerce en soins de première ligne, soit le deuxième taux en importance après la région du Nord-du-Québec; dans l’ensemble du Québec, cette proportion est de 18 %. De plus, 58 % de la relève titulaire d’un DEC en soins infirmiers poursuit ses études au baccalauréat, contre 50 % à l’échelle provinciale. On rappelle que le baccalauréat est la formation qui prépare les infirmières et infirmiers à exercer en soins de première ligne. Enfin, malgré une légère diminution de son effectif au cours de la dernière année, la région compte 9,8 infirmières et infirmiers pour 1 000 habitants, soit plus que la moyenne provinciale de 8,4.

» Lisez le communiqué de presse pour Côte-Nord

Pour en savoir davantage

» Portrait régional de l’effectif infirmier et de la relève infirmière 2017-2018–Côte-Nord

» Portrait sommaire de l’effectif infirmier du Québec 2017-2018

» Rapport statistique sur l’effectif infirmier 2017-2018 : le Québec et ses régions

» Portrait de la relève infirmière 2017-2018

» Données régionales sur l’effectif infirmier du Québec 2017-2018

Profession infirmière clinicienne

Découvrez le parcours inspirant de Louise Canuel

Le journal Haute-Côte-Nord a tracé un très joli portrait de Louise Canuel, infirmière depuis 37 ans. Dans ce portrait, elle nous explique qu'au fil des années, la passion pour son métier ne s’est jamais altérée, jamais démentie.

Elle ajoute qu'aux yeux de la population qui fréquente le CLSC de Forestville, où elle exerce, elle agit comme une présence médicale rassurante, comme tous ses collègues d’ailleurs.

Lisez cette entrevue avec une passionnée au parcours inspirant.

Profession: infirmière clinicienne au parcours inspirant, Le Journal Haute Côte-Nord, 18 février 2016

Crédit photo : Courtoisie

Rapport de l'effectif infirmier 2014-2015

Lisez le rapport régional

La Côte-Nord se démarque avec un taux d'emploi à temps complet des plus élevés au Québec

Ce document est un complément au Rapport statistique sur l’effectif infirmier 2014‑2015 - Le Québec et ses régions et au Portrait de la relève infirmière 2014-2015. Il présente une série de tableaux et graphiques dressant le portrait des 914 infirmières et infirmiers qui avaient un emploi principal dans la région administrative Côte-Nord (09) au 31 mars 2015. Ce portrait de l’effectif infirmier régional et de son évolution récente, comprend, entre autres, les caractéristiques démographiques, la formation, le secteur et la catégorie de l’employeur, la situation d’emploi, la fonction exercée et le domaine de pratique. À noter que les cinq derniers tableaux ou graphiques présentent les caractéristiques de la relève, soit les infirmières et infirmiers qui ont obtenu leur permis d’exercice entre le 1er avril 2014 et le 31 mars 2015. Dans tous les cas, le portrait régional est comparé avec celui de l’ensemble du Québec. Les principaux faits saillants qui ressortent de ces données sont résumés en quelques points en début du document.

Prix Innovation clinique Banque Nationale 2015

Deux infirmières de Sept-îles lauréates

Implantation d’une clinique de maladies chroniques

À Sept-Îles, Lyne Jean, infirmière, et Johanne Murray, infirmière clinicienne ont implanté une clinique de maladies chroniques où les infirmières jouent un rôle pivot dans la prise en charge, le suivi et le soutien des personnes atteintes de maladie chronique et de leur famille, en collaboration avec d'autres professionnels ou services. À ce titre, elles agissent comme gestionnaires de cas, en planifiant et coordonnant les soins cliniques données à la personne. Elles assurent la surveillance clinique et la mise en œuvre d’interventions favorisant l'adaptation et l'autogestion de la maladie, dont l’enseignement aux patients et familles. Elles maintiennent également des contacts étroits avec les services hospitaliers et communautaires dont les groupes de médecine familiale, les pharmaciens communautaires et les ressources communautaires.

S’inscrivant dans une approche de soins de proximité, cette clinique regroupe au sein d’un même service, les interventions visant le suivi de certaines maladies chroniques : maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC), le diabète et l’insuffisance cardiaque.

En plus de permettre un meilleur accès aux services de santé, les personnes suivie par cette clinique ont vu leur santé, leur autonomie et leur qualité de vie s’améliorer. Les résultats le prouvent : entre autres, 66 % des participants ont noté une amélioration de la qualité de vie six mois après leur participation au programme de réadaptation pulmonaire. En outre, 97,5 % des diabétiques qui ont suivi un régulier à la clinique ont vu leurs résultats d’hémoglobine glyquée s’améliorer. Le programme a également contribué à l’efficacité et à l’efficience des services. Considérant la prévalence des maladies chroniques à la grandeur de la province, ce projet pourrait aussi être implanté ailleurs, ce qui fait foi de sa réussite à tous les niveaux.

Prix Innovation clinique 2015 de la Côte-Nord

De gauche à droite : Hugo Dufour, directeur succursale Banque Nationale de Forestville; Lyne Jean, Johanne Murray; Sylvie Truchon, syndique de l’OIIQ; Esther Cimon, trésorière ordre régional et responsable de la sélection du prix Innovation.

Innovation clinique Banque Nationale 2013

Le projet Sac tout en un pour la réanimation néonatale récompensé

Bravo à France Albert du CSSS de Sept-îles

Au CSSS de Sept-Îles, où 600 accouchements se pratiquent chaque année, il arrive que des patientes se présentent à l’improviste pour accoucher sans avoir eu un suivi de grossesse, ce qui constitue une source de risque pour le bon déroulement de l’accouchement. Pour parer aux situations d’urgence qui peuvent alors survenir, l’infirmière France Albert a conçu un sac tout en un destiné au personnel infirmier et médical afin de faciliter les étapes de réanimation et de diminuer les délais d’intervention auprès du nouveau-né.

Dès que des signes de souffrance fœtale durant le travail sont observés, l’infirmière ou le médecin ouvre le sac et prépare le matériel nécessaire pour une réanimation. Une deuxième infirmière prépare la médication sans problème, guidée par la fiche technique qui détermine les dosages déjà calculés selon le poids du bébé, et qui indique la façon de les administrer. À l’aide du formulaire de notes, l’infirmière peut suivre aisément l’évolution de la réanimation. Elle n’a qu’à cocher ce qui est fait et guider le personnel vers les étapes de la réanimation à l’aide de l’algorithme. Cette surveillance clinique permet d’évaluer attentivement et de façon soutenue les paramètres cliniques de la condition physique du nouveau-né et les facteurs qui peuvent les influencer. Cinq sacs sont maintenant disponibles : deux au secteur mère-enfant, deux au bloc opératoire et un autre à l’urgence. Bientôt, il sera disponible à bord de l’ambulance aérienne du gouvernement du Québec. De plus, le sac tout en un a été choisi comme pratique exemplaire par Agrément Canada.

Pour la période 2013, le sac tout en un a été disponible pour plus de 543 accouchements en salle d’accouchement et pour 77 césariennes au bloc opératoire. Il a été utilisé une fois à l’urgence.

ORIICN innovation clinique
De gauche à droite : Carole Mercier, secrétaire générale, OIIQ; France Albert, Annie Sirois, Banque Nationale, Marie Blanchet LeGendre, présidente ORIICN

Une infirmière praticienne spécialisée (IPS) sur la Côte-Nord

Meggy Fillion s'installera à La Manic

Meggy FillionLe Plein Jour de Baie-Comeau consacre un article à l'arrivée prochaine, à La Manic, de la première Infirmière praticienne spécialisée (IPS).

Elle s'appelle Meggy Fillion et est infirmière clinicienne au Centre de santé et de services sociaux de Manicouagan. Elle bénéficie d'un congé sans solde pour réaliser son rêve. Lisez l'article pour en savoir plus.

Innovation clinique 2012 : découvrez le lauréat régional

Implantation du suivi de grossesse infirmière-médecin à Manicouagan

un nouveau modèle de collaboration interprofessionnelle

Face à une pénurie de médecins et à une augmentation de 30 % du nombre de grossesses dans leur région, Esther Cimon et Johanne Harrisson, infirmières cliniciennes à l’Unité de médecine familiale de Manicouagan, ont créé une approche de suivi de grossesse conjoint infirmières-médecins, de sorte que les services de périnatalité ont pu être maintenus et même améliorés.

Après avoir créé un comité de travail infirmières-médecins, les infirmières ont développé leurs compétences en matière de consultations de grossesse, les rôles et tâches des membres de l’équipe ont été définis et un cadre de supervision clinique a été développé. Cinq des 13 visites de suivi de grossesse ont alors été déléguées aux infirmières. L’équipe a aussi ajouté un contact téléphonique au début de la grossesse afin de pouvoir dépister des situations à risque, et la possibilité de rejoindre les infirmières en tout temps par téléphone pour recevoir des conseils personnalisés.

Dans le cadre de cette collaboration interprofessionnelle, les infirmières ont pu réaliser pas moins de 400 consultations auprès de 80 femmes depuis février 2011. Les participantes à un sondage ont souligné le lien de confiance et l’accès plus facile à une professionnelle de la santé compétente. Les infirmières cliniciennes, de leur côté, ont apprécié l’élargissement de leur champ de compétence et leur plus grande autonomie professionnelle, tandis que les médecins peuvent notamment effectuer un plus grand nombre de suivis de grossesse.

ORIICN innovation clinique
Marie Blanchet LeGendre, présidente de l'ORIICN, à gauche, et Geneviève Ménard, directrice-conseilà l'OIIQ, entourent Esther Cimon, lauréate du prix Innovation clinique 2012.

Dans la presse

Le Soleil nous apprend aujourd'hui que le Centre de santé et de services sociaux de Manicouagan (CSSSM) est en voie de revoir plusieurs de ses structures afin d'améliorer l'accessibilité à ses services et de régler sa pénurie de personnel infirmier. Il a pour cela mis en place de nouvelles mesures qui découlent d'un rapport d'expert du réseau de la santé. Lisez l'article.

Remises de bourses

L'ORIICN félicite les lauréates

Exceptionnellement, l’ORIICN a offert 6 bourses de 500 $ à des infirmières inscrites à temps plein au baccalauréat pour l’année 2011-2012. La demande devait être faite avant le 29 février 2012 et les bourses seront versées en mars. Voici les lauréates.

  • Sept-Îles
    • Renée Chouinard
    • Karine Flowers
    • Andréa Grégoire-Ritchie
  • Baie-Comeau
    • Mylène Landry
    • Luce Racine
    • Karine Saint-Gelais

Portrait

Isabelle Ferron, infirmière clinicienne à Sept-Îles

Isabelle FerronPour illustrer la liste des emplois les plus demandés dans le cadre du développement du Plan Nord, et parmi lesquels on retrouve la profession infirmière, le quotidien La Presse a fait le portrait d’Isabelle Ferron, infirmière clinicienne au CSSS de Sept-Îles.

Dans l’article, elle explique notamment ce qui l’a poussée vers cette profession, les raisons qui l’ont amenée à choisir la Côte-Nord, les défis qu’elle doit relever en tant qu'infirmière clinicienne, et ce qu'elle aime le plus de sa profession. À lire sans hésitation!

Isabelle Ferron, Infirmière clinicienne, La Presse, 20 février 2012

Prix Innovation clinique 2011

Des infirmières spécialisées dans l’évacuation médicale par avion

Les infirmières Sylvie Auger et Carolle Veilleux, du Centre de santé et de services sociaux de la Basse-Côte-Nord (CSSSBCN) ont conçu un projet qui a permis de réduire le taux de mortalité et de morbidité des patients transportés d’urgence par avion vers le CSSSBCN ou d’autres centres spécialisés.

Grâce à leur projet, une équipe de huit infirmières a été spécialement formée pour l’évacuation médicale par avion. Considérant la diversité et la complexité des cas des patients qu’elles accompagnent, ces infirmières doivent non seulement être créatives et débrouillardes, mais également posséder un large éventail de connaissances et de compétences. Elles se distinguent par leur goût de l’aventure et du défi et, bien sûr, par leur souci de prodiguer des soins de qualité malgré un environnement physique restreint. Souvent seule avec le client, l’infirmière doit en assurer la surveillance clinique et, au besoin, prendre des décisions rapidement comme demander au pilote de voler à basse altitude pour assurer un plus grand bien-être au patient.

En 2009-2010, l’équipe a assuré le transfert de 198 patients de façon rapide et sécuritaire.

Lisez le communiqué de presse de l'OIIQ.

ORIICN Prix innovation clinique 2011
De gauche à droite : Marie Blanchet LeGendre, présidente de l'ORIICN; Sylvie Auger, infirmière, CSSS de la Basse Côte-Nord; Carole Mercier, secrétaire générale de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec