2-top-saguenay-niveau-2.jpg

Comité jeunesse de l'ORIISLSJNQ

Membres

  • Maude Roy, présidente
  • Marilyne Guay, vice-présidente
  • Maxim Tremblay, responsable des communications et des promotions
  • Élodie Fortin, conseillère
  • Marjorie Guy, conseillère
  • Jérémie Beaudin, conseiller et responsable des publications
  • Cédric Gagnon, représentant du Conseil de section
  • Poste vacant, conseillère (Nord du Québec)

Mandat

  • Faire connaître les besoins des jeunes infirmières de la région
  • Faciliter l'intégration et la rétention des jeunes infirmières de la région dans la profession
  • Promouvoir la profession.

Pour ce faire, il diversifie ses activités : rédaction d'articles dans L'Envol, remise annuelle du prix Relève, présence dans certains comités régionaux à titre de représentant de la relève infirmière, activités promotionnelles dans les maisons d'enseignement et promotion de la poursuite de la formation postcollégiale. Plusieurs autres projets sont prévus.

Si vous souhaitez faire partie du comité ou à collaborer, n'hésitez pas à nous contacter. Vous pouvez aussi visiter notre page Facebook.

 

Comme représentant du Comité jeunesse et membre de la relève infirmière, Jérémie Beaudin se questionne sur les manières concrètes de démontrer un leadership infirmier.

Leadership, jugement et documentation : un trio sensé.

Au courant du mois de novembre 2018, un article du dernier numéro de Perspective infirmière m’a interpellé : « Vers un leadership politique des infirmières, ou comment changer les choses » (Ducharme, 2018). Il cite quatre niveaux croissants de leadership. L’un d’eux est le « leadership sur les pratiques de soins et les modes de dispensation des soins ». Comme représentant du Comité jeunesse et membre de la relève infirmière, je me suis questionné sur les manières concrètes de démontrer un leadership infirmier. Ma réflexion m’a conduit à vous parler de la documentation des soins infirmiers.

Pourquoi parler de la documentation des soins infirmiers?

Écrire des notes d’évolution constitue une activité essentielle pour une infirmière ou un infirmier (Lévesque, Beauséjour et Leprohon, 2002). À mon avis, l’importance et la portée de cet acte sont souvent oubliées. Pourtant, il est du devoir professionnel des infirmières de documenter les soins, le principal vecteur de communication.

Quel est le lien entre la documentation des soins et le jugement clinique?

Les deux premières activités réservées des infirmières et infirmiers consistant à évaluer et exercer une surveillance clinique, le jugement clinique est primordial pour interpréter les données recueillies au cours de ces activités. La documentation de cette analyse se fait grâce à la note d’évolution.

Quels sont les principes de bases de la documentation?

(Lévesque, Beauséjour et Leprohon, 2002)

  1. Le soutien clinique à la pratique infirmière;
  2. La contribution à la continuité des soins;
  3. L’apport à l’évaluation de la qualité des soins dans une perspective d’amélioration continue

 

Cela dit, une note d’évolution contenant « l’information pertinente, exacte et complète » de manière « organisée », permettant « d’offrir un accès facile et rapide à l’information » et « [favorisant] la complémentarité des divers outils utilisés » (ex.: le plan thérapeutique infirmier (PTI)) assurera un soutien clinique à la pratique infirmière (Lévesque, Beauséjour et Leprohon, 2002).

Comment rédiger une telle note?

Il existe différentes méthodes pour consigner l’évaluation de l'infirmière. Toutes comportent des avantages et des limites, mais tant que les principes de bases sont respectés, la documentation des soins peut prendre plusieurs formes. Aujourd’hui, je vous propose la méthode SOAP (données Subjectives, données Objectives, Analyse et Plan). Actuellement, les professionnels de la santé l’utilisent beaucoup, car elle organise l’information de façon simple et efficace.

Méthode SOAP: analyse et jugement clinique

À partir des données subjectives et objectives recueillies et inscrites, l’infirmière émet ses constats d’évaluation et inscrit son analyse de la situation clinique dans la partie de sa note réservée à cet effet. Tout le jugement clinique de l’infirmière est présent, puisque cette analyse influence son plan de traitement. Comme les paroles s’envolent et que les écrits restent, une note incomplète ne témoigne pas de la complexité d’une évaluation ni ne justifie les actions entreprises. D’où l’importance d’émettre ses constats et hypothèses, ainsi que le PTI.

Enfin, le leadership prend différentes formes, et les petits gestes sont aussi importants que les grands. La rédaction par l’infirmière de notes exemplaires empreintes de jugement clinique contribuera à démontrer son leadership.

Membres du Comité jeunesse

Jérémie Beaudin, inf. B. Sc.
Responsable des publications du CJORIISLSJ-NQ

Références :

Ducharme, F. (2018). Vers un leadership politique des infirmières, ou comment changer les choses. Perspective infirmière, vol. 15(5), p.51-55.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. (2018). Champ d'exercice et activités réservées à la profession infirmière. Repéré à: https://www.oiiq.org/pratique-professionnelle/exercice-infirmier/infirmieres-et-infirmiers

Lévesque Barbès, H., Beauséjour, J., et Leprohon, J. (2002). Énoncé de principes sur la documentation des soins infirmiers. Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. Repéré à: https://www.oiiq.org/documents/20147/237836/173_doc.pdf
 

 

Suivez-nous sur Logo de Facebook